• c/o Winds of Hope Foundation 20 avenue de Florimont, 1006 Lausanne Suisse
  • +41 (0)21 320 77 22
  • info@nonoma.org

Prévenir

« Pour qu'un enfant grandisse, il faut tout un village... » proverbe africain

Prévenir

Formation

DSCN3131

Il s’agit de former des agents de santé communautaire, le personnel sanitaire, des tradipraticiens et des matrones de telle sorte à avoir dans chaque village une personne formée à la prévention, à la détection et aux premiers soins du noma. L’instruction se fait en cascades successives allant du niveau national à travers les échelons régionaux et sous régionaux. Les formations sont prodiguées en accord ou en collaboration avec les autorités sanitaires de chaque pays.

  • le personnel socio-sanitaire est formé à la prévention et à la prise en charge des gingivites et/ou de noma et ses facteurs de risques
  • les guérisseurs traditionnels / tradipraticiens sont formés dans la détection et la référence des cas de gingivites et/ou de noma et de ses facteurs de risques
  • les relais communautaires sont formés à la surveillance de l’hygiène des enfants, à la nutrition et à la sensibilisation communautaire de leur village respectif
  • au plus près de mères il y a souvent les accoucheuses traditionnelles / matrones qui sont pour la plupart analphabètes et  formées de mère en fille .

Du matériel tel que boites à images, affiches noma et prévention, guides de prévention, guides de formation, cassettes, dentifrice, brosse à dents sont déposés auprès des différents acteurs formés pour qu’ils puissent à leur tour pérenniser les actions de prévention.

Sensibilisation et détection

Développer et mettre en place des programmes d’information et d’éducation simples et à fort effet multiplicateur à l’intention des parents et tout particulièrement des mamans, pour leur permettre de connaître les signes précurseurs du noma, de prodiguer des premiers soins capables de stopper la maladie et
 de combattre les croyances ancrées de malédiction. Se retrouvent sous ce volet les activités telles que :

  • les émissions radio,  les jeux publics radiophoniques, les théâtres forums,  les projections de films, débats, causeries à visée informative et préventive  organisés dans les villages afin d’atteindre le public communautaire et non scolarisé notamment.
  • l’organisation dans les centres de récupération et de rééducation nutritionnelle (CREN), dans les cases de santé ou ailleurs de causeries éducatives destinées aux mères sur les thèmes tels que malnutrition, espacement des naissances, hygiène et vaccination.
  • les séances de sensibilisation et de prévention de la santé bucco-dentaire dans les écoles et les orphelinats d’ afin notamment de dépister et orienter les cas nécessitant une prise en charge dans un centre de santé.
  • la sensibilisation communautaire par des projections suivies de causerie débats dans les écoles, dans les communes, sur les places publiques, dans les cases de santé communautaires et tous lieux indiqués par les autorités locales pour sensibiliser et informer sur l’hygiène bucco-dentaire, sur la malnutrition et les moyens de prévenir le noma et ses conséquences.
AFV situation type sensibilisation 373*280

Soins primaires

maquis 3

Aider les services de santé primaire à prendre en charge les patients. Faciliter l’accès aux soins primaires aux populations les plus éloignées géographiquement des centres de santé et les plus défavorisées.

Faire en sorte que les produits nécessaires – antiseptiques, antibiotiques et compléments nutritionnels – soient disponibles et accessibles.

Apporter un appui aux soins par une prise en charge des ordonnances établies sur place par les agents de santé

Organiser des visites médicales gratuites dans les écoles

Centres médicaux à vocation humanitaire offrant une quasi- gratuité des soins aux populations les plus démunies (CCMP)

Centres  d’accueil de prise en charge des cas aigus de noma (antibiothérapie, soins locaux, réhydratation, régime hypercalorique)

Consultation gratuite des bouches des enfants pour faciliter le dépistage

Distribution aux  femmes enceintes de produits locaux à forte valeur nutritionnelle afin de prévenir la malnutrition

Environnement

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« La malnutrition ne diminue pas, bien au contraire depuis 2012, elle atteint des pics inconnus jusque-là, ce qui est inquiétant  » commente le Dr Quere de MSF au sujet de la situation au Niger. Le réchauffement climatique, l’érosion des sols, l’insécurité (BokoHaram) en sont les causes principales. Il est à présent impératif d’inclure les acteurs à différents niveaux pour lutter globalement contre la pauvreté.

Lutter contre la malnutrition en mettant en place des projets de culture et de distribution de spiruline

Rendre accessibles des compléments nutritionnels (distribution gratuite de barres de céréales enrichies ou de bouillies enrichies)

Distribution de spiruline aux agents de santé lors des séances de sensibilisation afin qu’ils puissent à leur tour la distribuer aux enfants ou mères anémiées.